Le professionnel de l’immobilier est avant tout un intermédiaire qui a donc une fonction de gestion des conflits entre des parties qui ont parfois des intérêts opposés et divergents (acquéreur et vendeur, bailleur et locataire, copropriétaires…), ce qui peut bien évidemment entraîner des conflits. 

1- L’identification des conflits

En fonction des sources du conflit

  • Conflit organisationnel (ex : les copropriétaires s’opposent sur les tâches que doit remplir le gardien) 
  • Conflit social (ex : une association de locataires s’oppose à un bailleur social) 
  • Le conflit psychologique (ex : un bailleur est très stressé par la possibilité d’impayé lors de la sélection des locataires)

En fonction des personnes en conflit

  • Conflit intragroupe entre les personnes d’un même groupe (ex : copropriétaires) 
  • Conflit intergroupe entre les personnes de groupes différents (ex : bailleur-locataire) 

En fonction de l’objet du conflit

  • Conflit de méthode (ex : bailleur et locataire s’opposent sur la manière de remplir l’état des lieux) 
  • Conflit de valeur ou d’idéologie (ex : des copropriétaires s’opposent sur la sécurisation de l’immeuble) 
  • Le conflit d’intérêts (ex : le candidat à l’acquisition et le propriétaire vendeur s’opposent sur le montant du prix de vente) 
  • Conflit de statut (ex : le président du conseil syndical s’oppose à des copropriétaires sur les limites de sa mission)

2- La gestion des conflits

Il existe différents types de gestion des conflits.

La négociation 

Il s’agit de faire dialoguer les parties soit pour qu’elles acceptent des concessions réciproques (on parle de compromis), soit pour qu’elles  trouvent un terrain d’entente sans avoir renoncé à leur revendication (on parle de consensus). 

La médiation 

Il s’agit d’un mode de résolution des conflits proche de la négociation. Un médiateur est choisi par les parties pour favoriser leur dialogue (en matière immobilière, ce rôle est dévolu le plus souvent au professionnel de l’immobilier), mais il ne propose pas de solution.  

La conciliation 

Un conciliateur est choisi qui, en plus de favoriser le dialogue, proposera une solution au conflit, libre au parties de s’y conformer ou non. En matière de location, il existe ainsi des commissions départementales de conciliation, dont la saisine est parfois obligatoire pour régler les litiges entre bailleur et locataire.  

L’arbitrage 

Le conflit sera tranché par une tierce personne, dont la solution s’imposera aux parties.